Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise des bords de Marne
menu

Eglises des bords de Marne

Edito
Le mois de Mai est le mois le plus beau.

Le mois de Mai est le mois le plus beau parce que la tradition chrétienne l'a consacré au culte marial. C'est le mois du chapelet ou du rosaire, le mois où les chrétiens saluent régulièrement, soir, matin et midi, leur Maman chérie et attentive aux besoins de tous les humains : « Je vous salue, Marie ».
Connaissez-vous Marie ? C'est une femme pleine de contrastes !
Dans une antienne d'ouverture des messes célébrées en l'honneur de la Vierge Marie, nous lisons ceci : « Bienheureuse es-tu, Vierge Marie. Tu as porté le Créateur de l'univers. Tu as mis au monde celui qui t'a faite et tu demeures toujours Vierge. »
Toutes ces phrases ci-dessus sont remplies de contrastes, d'éléments opposés voire contradictoires et divergents.
Le « Créateur de l'univers », celui que l'univers ne peut pas contenir, Marie l'a porté dans son sein. Marie aurait-elle un ventre plus gros et plus vaste que l'univers ?
Marie a mis au monde son propre Créateur et Sauveur : « Celui qui t'a faite ». Marie donne la vie à l'auteur de la vie. Quel contraste !
Marie est à la fois mère et vierge, et demeurée toujours Vierge : avant, pendant et après la naissance de son unique Fils, Jésus Christ. Mère d'un fils unique et mère de tous les enfants de Dieu.
Épouse de Joseph, et mère du Fils de Dieu. En Marie, Jésus se révèle fils du ciel et fils de la terre ; Fils de Dieu et fils de l'homme. Le ciel et la terre se joignent et s'ajustent parfaitement dans le sein de la Vierge Marie.
Marie est fille de l’Église et mère de l’Église ; fille de Sion et figure de l’Église-mère et du monde à venir. L'humble fille de Nazareth est devenue le modèle de toute l'humanité, de tout chrétien et de tout croyant.
Marie, la Bienheureuse et étroitement liée à la Croix du Christ. Marie, la comblée-de-grâce et la Vierge pauvre et humble ; la comblée-de-joie et la femme au coeur transpercé par le glaive (Lc 2, 25).
La grandeur de Marie, c'est d'avoir assumé et (re)-concilié toutes les contradictions de la vie humaine, morale, sociale et spirituelle.
Marie de Nazareth en Galilée, district des étrangers, pays cosmopolite, est le symbole de l’universalisme judéo-pagano-chrétien.
De Marie, symbole de l'universalisme judéo-pagano-chrétien, tout croyant est né. Aussi, les croyantes et croyants l'appellent-ils : « Ma Mère ! » Tous ensemble, ils dansent et chantent : « En toi, Marie, toutes nos sources ». Marie est le lieu de rencontre de Dieu et de tous les humains.

Père Raphaël Gnally

Par NogentsurMarne94 at 10/09/2017 14:35 |
 
Actualités
Vidéos (collection)
Intention de prière du Pape - Mars 2018

« Prions pour que l’Eglise tout entière reconnaisse l’urgence de la formation au discernement spirituel, au niveau personnel et communautaire »

Par NogentsurMarne94 at 02/03/2018 19:01 |
 
L'agenda
Actions sur le document
  • Imprimer