Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise des bords de Marne
menu

Une nouvelle traduction du Notre Père va entrer en vigueur le 1er Dimanche de l’Avent.

Pourquoi ?

« Ne nous soumets pas à la tentation »  devient  « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

 Comment rester fidèle au texte grec

C’est un verset très complexe à traduire (Mt 6,13 et Lc 11,4) car c’est une manière sémitique de dire les choses. Mais beaucoup de fidèles comprennent que Dieu lui-même pourrait soumettre à la tentation !

Or, « Dans l’épreuve, que personne ne dise : « Ma tentation vient de Dieu ». Dieu en effet ne peut être tenté de faire le mal et lui-même ne tente personne. » (Jacques 1,13)

Comment rester fidèle à l’esprit de l’Evangile

Il y a une difficulté d’exprimer et d’entrer dans le mystère de Dieu dans sa relation aux hommes et au monde marqué par la présence et la force du mal

Pourtant c’est ce qui se passe après le baptême du Seigneur:

Jésus vient d’être manifesté comme le MESSIE et le Fils que Dieu donne à son peuple, celui sur qui repose l’ESPRIT SAINT. Il est « Conduit par l’Esprit, il part au désert pour y être tenté par Satan. »

Le baptême inaugure son ministère, et l’Esprit qui demeure sur lui le conduit d’emblée au lieu du combat contre le mal.

Au début de ce ministère, Jésus va livrer combat avec le tentateur lui-même.  Combat redoutable, car c’est au cœur même de sa mission de MESSIE, sauveur des hommes, de Fils envoyé par le Père, que Satan va le tenter.

La tentation de Jésus et la prière du Seigneur nous renvoient au combat à mener contre celui qui veut détourner les hommes du chemin d’obéissance et d’amitié avec Dieu leur Père.

La nouvelle traduction, « Ne nous laisse pas entrer en tentation », écarte l’idée que Dieu lui-même pourrait nous soumettre à la tentation.

Le verbe « entrer »  reprend l’idée ou l’image du terme grec d’un mouvement, comme on va au combat, car c’est bien du combat spirituel dont il s’agit.

La tentation n’est pas une théorie, elle est un fait concret qui touche l’expérience humaine dès les origines (cf. Gn 3).

Ce n’est pas Dieu qui tente l’homme mais le « serpent » c’est-à-dire celui qui veut diviser, briser l’amitié entre Dieu et sa créature.

Même Jésus, le Fils de Dieu, a été tenté plusieurs fois dans sa vie ; le serpent a cherché à l’éloigner de son Père.

Le Seigneur, lors de l’affrontement décisif  avec le prince de ce monde, a lui-même prié au jardin de Gethsémani : « Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi », à plus forte raison le disciple qui n’est pas plus grand que le maître demande pour lui-même et pour ses frères en humanité : « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

La dimension œcuménique du Notre Père

En 1966, la Conférence épiscopale catholique, les quatre Églises luthériennes et réformées en France et les évêques de trois juridictions de l’Église orthodoxe en France décidaient d’adopter une traduction commune de la prière du Notre Père récitée par leurs fidèles. Cette version est  dite « œcuménique »

Lors de leur assemblée du printemps 2009, les évêques catholiques français ont souhaité,

qu’ «après concertation avec les autres Églises ou communautés ecclésiales »

la formule « et ne nous laisse pas entrer en tentation » soit adoptée pour le texte du Notre Père de la messe.

Après consultations et délibérations des évêques de France,

Et Approbation par

La délégation orthodoxe
La délégation de la fédération protestante de France
le synode national de l’Église protestante unie de France

En conséquence, les évêques  recommandent

qu’à partir de l’Avent 2017, lors des célébrations œcuméniques, la sixième demande du Notre Père soit ainsi formulée : « et ne nous laisse pas entrer en tentation ».

 

Notre Père qui es aux cieux,

Que ton Nom soit sanctifié,

Que ton règne vienne,

Que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi, à ceux qui nous ont offensés,

Et ne nous laisse pas entrer en tentation,

Mais délivre-nous du mal

Amen

Actions sur le document
  • Imprimer