Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise des bords de Marne
menu

Pour la multitude

A Jérusalem autrefois, Jésus allait à la rencontre de la foule. Après l’accueil triomphal, il fut ballotté par les mouvements de foule, vendu pour trente deniers, traduit devant les autorités, livré aux bourreaux. Mais de ce drame il donna par avance le sens : Ceci est mon corps… ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude en rémission des péchés.

Dans notre actualité, la foule lance ses clameurs lors des manifestations, elle est sondée par ceux qui tentent de prévoir ses choix. La foule est une image décevante de l’humanité. Elle exige beaucoup de ses dirigeants, mais parmi elle combien sommes-nous à nous absoudre pour nos actes ou nos oublis ? Terrible prédiction de Jésus à l’égard de Judas : Malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! Quand il jeta l’argent dans le temple après la tentative de revenir sur sa trahison il se retira et alla se pendre, désespérant de lui-même et de l’humanité.

Mais c’est pour la foule et pour chaque homme que Jésus est allé jusqu’au don de sa vie. Qui est cet homme ? demandait-on de lui qui se donnait le nom biblique du Fils de l’homme. La réponse est venue des soldats après l’exécution : Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu.

Jésus a vécu son chemin de croix dans l’amour de son Père et par passion pour les pécheurs. Les hommes qui y entendront l’appel à ne pas se faire justice eux-mêmes, qui reconnaîtront leur misère et leur responsabilité, renoueront le dialogue avec Dieu et serviront l’humanité. C’est le sens des  rameaux que nous tenons en mains, le sens de l’arbre de vie qui a accompagné notre chemin de Carême : d’un arbre qui semblait mort la vie rejaillira, le signe de la croix deviendra le signe de la Vie.

 

Père Gérard Seitz

Actions sur le document
  • Imprimer